Nétanyahou : «Israël est solide comme un arbre».


Nétanyahou : «Israël est solide comme un arbre».

Le premier ministre a dressé mardi un bilan sans ombres des trois premières années de pouvoir de son mandat

Benyamin Nétanyahou est un homme satisfait. Dans une conférence de presse tenue mardi pour ­marquer la fin de sa troisième année au pouvoir, le premier ministre israélien arborait un sourire confiant et sûr de lui. «Nous commençons une quatrième année, ce qui n’est pas fréquent, a-t-il dit. Les gouvernements tiennent rarement aussi longtemps, et ce n’est pas un mince succès.»

Depuis le début des années 1980, aucun cabinet israélien n’a en effet terminé les quatre ans d’une législature sans procéder à des élections anticipées ou être contraint à la démission. Nétanyahou lui-même avait vu son premier mandat de premier ministre écourté par le délitement de sa coalition, et avait dû démissionner en 1999 au bout de trois ans au pouvoir. Tombé au nadir de sa popularité au début des années 2000, longtemps éclipsé à droite par la figure écrasante d’Ariel Sharon, Nétanyahou a opéré depuis son retour aux affaires un rétablissement spectaculaire. Sa coalition apparaît aujourd’hui plus solide que jamais, et son parti, le Likoud, est au plus haut dans les sondages.

Pressions américaines

Le premier ministre a résisté avec succès aux pressions américaines de Barack Obama, qui semble avoir renoncé à relancer coûte que coûte les négociations avec les Palestiniens. L’économie israélienne se porte beaucoup mieux que ­celles de la plupart des pays développés. Et les seules personnalités en mesure de contester son hégémonie sur la scène politique sont neutralisées. Ehoud Barak, qui a quitté le Parti travailliste et n’a plus qu’un groupe parlementaire symbolique à la Knesset, est devenu son allié le plus fidèle. Tzipi Livni, la principale figure de l’opposition, a été remplacée sans ménagement par les cadres de son parti, Kadima.

Le processus de paix avec les Palestiniens à beau être au point mort, la crise autour du programme nucléaire iranien entrer dans une phase dangereuse, les révoltes arabes continuer de bouleverser de fond en comble le Moyen-Orient, l’Égypte être sur le point d’élire un président islamiste après s’être doté d’une assemblée dominée par les mêmes partis fondamentalistes musulmans, rien ne semble devoir ébranler la satisfaction du chef du gouvernement israélien.

«Israël est comme cet arbre, a-t-il expliqué en dessinant en même temps un arbre sur son iPad. Après trois années, je peux vous dire que cet arbre repose remarquablement sur ses racines, qu’il grandit et porte des fruits.»

«Israël fait face à quatre menaces majeures», a souligné Nétanyahou, en les énumérant: «L’Iran nucléaire, les frontières, les attaques cybernétiques et les roquettes.» «Nous attaquerons ceux qui menacent de nous attaquer», a prévenu Nétanyahou. «Je veux résoudre le conflit avec les Palestiniens, parce que je ne veux pas d’un État binational», a-t-il également précisé, se démarquant ainsi de l’aile droite de son parti.

«Je n’ai pas l’intention de procéder à des élections anticipées», a enfin annoncé Nétanyahou. De nombreux analystes envisagent que le premier ministre dissolve la Knesset avant la fin de la législature actuelle, prévue en octobre 2013, afin de s’assurer d’une majorité docile avant le vote du prochain budget, et de raffermir sa position en cas de réélection à la présidence américaine de Barack Obama, avec qui il entretient des relations tendues.

Publicités

Un commentaire sur “Nétanyahou : «Israël est solide comme un arbre».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s