Des graffitis antichrétiens et anti-arabes à Jérusalem.


Des graffitis antichrétiens et anti-arabes à Jérusalem.

Des graffitis antichrétiens et anti-arabes ont été retrouvés mardi matin sur les murs d’un couvent grec-orthodoxe et d’une école palestinienne à Jérusalem, selon la police israélienne.

Des inconnus ont inscrit Mort aux chrétiens et le prix à payer sur un mur d’enceinte du monastère de la Croix à Jérusalem-Ouest, la partie juive de la ville, a déclaré à l’AFP Micky Rosenfeld, le porte-parole de la police nationale, en ajoutant qu’une enquête avait été ouverte.

Deux voitures garées devant le monastère ont également été vandalisées, couvertes de graffitis en hébreu et leurs pneus crevés.

Dans un communiqué officiel, le Conseil des institutions religieuses de Terre sainte, représentant le Grand rabbinat d’Israël, le Waqf islamique de Jérusalem et les Eglises chrétiennes locales, a condamné ces actes de profanation.

Le Conseil exhorte les fidèles des trois religions –chrétiens, juifs et musulmans– à respecter tous les sites saints, et réprouve vivement les actes des extrémistes qui exploitent ou impliquent les lieux religieux dans des querelles territoriales ou politiques, selon le communiqué.

Par ailleurs, des slogans à la gloire du rabbin Meir Kahane « Kahane avait raison, mort aux Arabes » ont été inscrits sur un mur de l’école Yad Be Yad (La main dans la main) qui accueille des élèves juifs et arabes à Beit Safafa, un quartier arabe de Jérusalem-Est, a ajouté le porte-parole.

Le rabbin Meïr Kahane, fondateur de la Ligue de Défense juive aux Etats-Unis, avait créé le mouvement Kach, d’inspiration raciste anti-arabe, après avoir immigré en Israël en 1971. Il a été assassiné le 5 novembre 1990 à New York par un Egyptien.

Enfin, un troisième incident du même genre a été rapporté mardi dans le bourg palestinien de Louban al-Sharqiyah, près de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie. Mort aux Arabes a été tagué en hébreu sur la façade d’une maison appartenant à un maçon, selon un photographe de l’AFP.

Certains colons radicaux et des extrémistes de droite ont multiplié ces derniers mois les actes de vandalisme contre les Palestiniens de Cisjordanie et les Arabes en Israël.

Ces activistes mènent ce qu’ils appellent une campagne du prix à payer, qui consiste à se venger sur diverses cibles palestiniennes, voire sur l’armée israélienne, des mesures gouvernementales qu’ils jugent hostiles à leurs intérêts.

Publicités

Un commentaire sur “Des graffitis antichrétiens et anti-arabes à Jérusalem.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s